Services publics : des témoignages comme celui que vous allez lire, il y en a plein… Une honte dans un pays qui proclame le libre et l’égal accès aux soins pour tous…Charte-de-la-personne-hospitalisée

« Quand tu es au fond de ta vie »… Témoignage.

“La semaine dernière à Paris, j’étais chez moi quand une violente douleur lombaire gauche me cloue au lit.

Par chance ma fille est présente et elle appelle le 18.

Le central des pompiers lui demande immédiatement :
– Votre mère est vaccinée ? Non ? Ah… alors on ne va pas pouvoir intervenir. Quels sont ses symptômes, ses antécédents ?
Un malaise palpable se fait sentir lorsque ma fille annonce mes problèmes de santé qui nécessitent un suivi régulier… Les pompiers rétorquent :
– Bon, on va essayer de vous envoyer un véhicule de La Croix Rouge…

Heureusement, je suis assez vite emmenée par une équipe qui me donne un masque FFp2 et m’encourage avec bienveillance. On commence à rouler, en espérant que le central de coordination me trouve un hôpital proche et adapté à la situation.

Feu vert pour le CHU du 14ème : on fonce.

Lorsque je rentre en brancard dans le service des urgences je remarque au fond de la salle 3 policiers en uniforme, dans une sorte de petit bureau vitré, qui observent les allées-venues de chacun… Pourtant le service est calme.

On me met dans un box, on me pose des questions et on me demande d’aller faire une analyse d’urines, mais pas de PCR. Je me traîne ensuite (le plus dignement possible) jusqu’au poste de soins, où les médecins et infirmières discutent. Tordue de douleurs, je les interpelle :
– Je n’en peux plus, il me faut un calmant s’il vous plaît…
– Retournez dans le box, une infirmière va passer.

Je m’exécute et attends. Au final, une infirmière me pose une perfusion d’antidouleurs et me fait une prise de sang, pas de PCR. On me demande ensuite d’aller dans la salle commune pour attendre les résultats du bilan sanguin… Ma douleur devient enfin supportable et les analyses biologiques finissent par être disponibles.

Et là, je m’entends dire :
– Vous comprenez bien que dans la situation où nous sommes, nous ne vous ferons pas le scanner. Vous allez rentrer chez vous, et vous ferez votre radio en ville. Au revoir Madame.

J’étais sonnée, mes ordonnances à la main, et j’ai compris que ma prise en charge ce soir-là aurait été différente de bout en bout, si j’avais été « vaccinée ».
Je cotise pourtant à la sécurité sociale, mais voilà, je suis entrée de plein pied dans leur monde d’après…”


Édifiant, n’est-ce pas ? Et ce n’est que le début.

On triait déjà les patients convoqués, mais maintenant les urgences le font aussi, comme le prouvent ces événements de vendredi dernier et contrairement aux annonces officielles des médias et du gouvernement.

Alors, protocoles assumés de chefs de service ou dérives « sectaires » individuelles ?

Un manifestant du cortège qui partait de la BNF samedi dernier nous a dit, écoeuré : « au scanner de mon CHU on prend d’abord les patients vaccinés, et APRÈS les non vaccinés. »…

Aujourd’hui, c’est un fait, avec le matraquage de la propagande d’État, même certains acteurs de la Santé se transforment en bons petits soldats de l’apartheid sanitaire… Au mépris de toute déontologie et de tout humanisme.

Citoyens, si vous êtes témoins d’un défaut de soins ou de non assistance à personne en danger, à l’hôpital ou ailleurs, réagissez !
Faites remonter ce comportement honteux et puni par la loi.

Fonctionnaire manipulé, employé précaire, ou imbécile autoritaire, quoi qu’il en soit, chaque être humain peut avoir à répondre de ses actes devant un juge.

Alertez les personnes qui se cachent derrière un « je fais mon travail, j’obéis aux ordres… ». Dites-leurs bien que leur chef aura sûrement un très bon avocat, lui, et qu’il faudra bien un lampiste pour payer les pots cassés, si la personne en face de lui fait une complication et que sa famille l’attaque en justice.

Filmez (sans les visages si vous êtes dans un lieu privé) et dites bien dans le micro du téléphone le lieu, la date et l’heure, le grade de la personne qui empêche un accès aux soins pour non présentation de QRcode…

Si l’humanité ne reprend pas le dessus sur la soumission, devenez lanceur d’alerte, transmettez vos enregistrements à notre service juridique. On va faire comme eux, on ne laissera plus rien passer.

On lâche rien. Force et honneur à tous.

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here