Salariés obligés de faire leurs besoins dans un seau…

4

Des salariés obligés de faire leurs besoins dans un seau ou un sac, faute de toilettes…

Ça se passe dans une multinationale française qui fait des milliards de chiffres d’affaires.

Une multinationale de transport qui réalise ses milliards grâce aux conducteurs de ses bus.

Ces conducteurs roulent des heures et des heures sans pouvoir aller aux toilettes. Et lorsqu’ils arrivent à leur terminus, ce qui correspond à leur pause, il arrive fréquemment qu’aucune installation sanitaire ne soit prévue. Ou que celles qui existent, par exemple dans des gares, soient inutilisables ou dans un état de saleté repoussant.

Imaginez toute une journée de travail sans pouvoir aller aux toilettes, vous laver les mains, boire.

Inconcevable ? Et pourtant c’est ce que vivent les conducteurs et les conductrices de bus du groupe Transdev.

Ce groupe français est une multinationale de transport qui emploie 85 000 personnes et transporte 11 millions de passagers en moyenne au quotidien.

Implanté dans 18 pays, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 7 milliards d’euros en 2021.

Donc une multinationale milliardaire, dont le chiffre est en croissance malgré la crise, mais qui n’est pas capable de traiter dignement les salariés qui fabriquent cette richesse.

Des conducteurs et des conductrices nous ont fait part de leur détresse, de leur angoisse et des conséquences sur leur santé. Certains sont contraints de faire leurs besoins à l’extérieur, dans des sacs, des gobelets ou des seaux !

En ces périodes de chaleur, ils n’osent pas boire de peur de ne pas pouvoir se retenir. En cette période de pandémie, ils ne peuvent pas se laver les mains.

Ne pas pouvoir aller aux toilettes pendant une journée entière a des conséquences innombrables sur la santé physique et mentale et crée des discrimination entre les hommes et les femmes…

Nous ne parlons même pas des femmes enceintes qui ne peuvent tout simplement pas travailler dans ces conditions.

Nous avons alerté des directions locales d’Ile-de-France qui n’ont même pas daigné répondre. Nous avons saisi les inspections du travail et attendons leur réponse.

Nous avons écrit une lettre ouverte au PDG France du groupe, Monsieur Thierry Mallet pour le mettre devant ses responsabilités.

Cette lettre, la voici :


GROUPE TRANSDEV
Thierry MALLET
Président Directeur Général
3 All. de Grenelle
92130 Issy-les-Moulineaux

Paris, le 16 mai 2022
LETTRE RAR + LETTRE OUVERTE

Objet : Mise en demeure installations sanitaires pour les conducteurs receveurs

Monsieur Mallet,

Connaissez-vous la notion de TRAVAIL DÉCENT ?

« Le Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations Unies définit le travail décent comme un travail qui respecte les droits fondamentaux de la personne humaine ainsi que les droits des travailleurs concernant les conditions de sécurité au travail et de rémunération.

Parmi ces droits fondamentaux figurent le respect de l’intégrité physique et mentale du travailleur dans l’exercice de son activité. »

 Aujourd’hui, des conductrices et des conducteurs de bus Transdev travaillent dans des conditions non seulement indignes et indécentes, mais aussi illégales.

Nous vous invitons à parcourir les articles R.4228-1 et suivants du code du travail concernant les installations sanitaires en général, ainsi que les articles R.4228-10 et suivants concernant les cabinets d’aisance en particulier.

Vous y apprendrez – puisque vous semblez les ignorer – les obligations légales de l’employeur en la matière.

Des obligations qui sont très loin d’être respectées dans le groupe Transdev qui affiche pourtant sur le papier une déontologie et une éthique irréprochables.

Le quotidien sur le terrain, pour les conductrices et les conducteurs, est bien plus crasse et sordide.

Faute de toilettes mises à leur disposition tout au long de leur journée de travail, ils doivent faire leurs besoins dehors, dans des sacs en plastique ou dans des seaux généreusement mis à leur disposition.

 Et le mépris ne s’arrête pas là. Un conducteur, en grande détresse physique, s’est très récemment présenté dans les bureaux de son dépôt pour avoir accès aux toilettes, ce qui lui a été sèchement refusé !

Vous seriez choqué que l’on traite ainsi des animaux.

Comment pouvez-vous instaurer un tel traitement inhumain et cruel de vos salariés ?

Vous trouvez que nous exagérons ?

Au regard du droit international humanitaire (DIH) et du droit international des droits de l’homme (DIDH), sont définis comme « traitements inhumains et cruels » les actes consistant à infliger une douleur ou des souffrances aiguës, physiques ou mentales qui vont au-delà de simples dégradations ou humiliations, et comme « atteintes à la dignité de la personne » les actes qui humilient la personne, la rabaissent ou portent autrement atteinte à sa dignité dans une mesure suffisamment grave pour être généralement reconnus comme une atteinte à la dignité de la personne.

Sachez que les traitements cruels, inhumains ou dégradants sont absolument interdits en toutes circonstances et ne peuvent en aucun cas être justifiés.

En conséquence, nous vous demandons SANS DELAI, de mettre en place pour toutes les conductrices et les conducteurs des bus Transdev, des installations sanitaires décentes tout au long de leurs journées de travail.

Installations sanitaires décentes signifient à minima :

  • des cabines de toilettes accessibles, sécuritaires, propres, équipées et verrouillables, en nombre suffisant pour les femmes et les hommes,
  • qu’elles soient bien éclairées à l’intérieur comme à l’extérieur et ventilées,
  • qu’elles soient équipées de dispositifs d’hygiène (lavage) appropriés alimentés en eau potable,
  • que des protections périodiques abordables et adéquates soient mises à la disposition des femmes,
  • que les pauses rémunérées soient en nombre suffisant pour avoir accès à des toilettes quand le besoin s’en fait sentir durant les heures de travail, sans avoir à attendre et sans perte de salaire.

Nous attendons une réponse écrite et rapide de votre part, sans quoi nous attaquerons votre groupe en justice pour les délits cités plus hauts et non-respect de vos obligations en tant qu’employeur. Dans l’attente de vous lire, nous vous adressons, Monsieur Mallet, nos salutations syndicales. Pour le Secrétariat Général


Aidez-nous en faisant tourner cet article et cette lettre ! Soutenez notre action pour mettre fin à ces traitements inhumains et illégaux ! Nous publierons la réponse, ou l’absence de réponse du PDG du groupe.

Tous les conducteurs et les conductrices de bus sont concernés, par seulement chez Transdev. Des mesures immédiates doivent être prises.

La dignité n’est pas négociable. On ne lâche RIEN !


Pour être conseillé(e) et accompagné(e) par nos juristes et nos avocats dans vos démarches, adhérez ! Notre syndicat est indépendant et ne vit que des cotisations de ses adhérents.

Pour adhérer, c’est ici !

⬇️⬇️⬇️
Le Syndicat GJ

Notre canal d’information Telegram 👉 https://t.me/lesyndicatGJ

Notre groupe de discussion 👉 https://t.me/+Hn8mID5R7gAxMzl

Notre site internet 👉 https://syndicatgj.fr/

Les manifs 👉 https://manifestationgiletsjaunesparis.fr

Rejoignez-nous ✊✊✊

4 Commentaires

  1. Par pitié, cessez de faire référence à une prétendue “pandémie” qui ne correspond aucunement aux normes sanitaires qui existaient jusque récemment encore et qui cause moins de morts que bien d’autres causes plus sérieuses. Le discours qui utilise cette rhétorique ne fait que servir les intérêts politiques de veux qui ont organisé, planifié et rendue possible la grande supercherie et manipulation de masse du coronacircus. Lisez donc Virusmania si vous avez des doutes. Et si cela ne suffit pas, adoptez au moins un ton et une distance un peu critique. Amitiés.

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here

Quitter la version mobile
#SGJ

GRATUIT
VOIR