19 MAI 2021 : Ce qui s’est passé devant l’Assemblée Nationale à Paris est grave.

Nous aurions pu intituler cet article : Manifestation policière du 19 mai 2021.

Mais non.

Ce n’était pas une manifestation. Ni un hommage spontané suite au malheureux décès d’un policier.

Ce qui a eu lieu le 19 mai a été soigneusement mis en scène et préparé dans un but précis, avec une débauche de moyens matériels et médiatiques que de simples citoyens auraient été bien en peine d’obtenir.

C’était la démonstration d’une grave dérive autoritaire.

Le tout orchestré par des responsables syndicaux et politiques que nous qualifions de dangereux, d’incompétents et d’irresponsables.

Car le tout répressif qui se substitue, sans discussion ni débat possible, aux solutions sociales dont nous avons cruellement besoin, que nous soyons citoyens ou policiers, c’est totalement irresponsable et dangereux.


«Le problème de la police, c’est la justice» – «La justice doit rendre des comptes» a dit Fabien VANHEMELRYCK, Secrétaire général du syndicat Alliance-Police nationale le 19 mai 2021.

C’est propos sont surréalistes.

« La Justice est un service public, elle est rendue au nom du peuple français. Gardienne des libertés individuelles et de l’État de droit, elle veille à l’application de la Loi et garantit le respect des droits de chacun. »

La Constitution actuelle pose la séparation et l’indépendance des pouvoirs.

L’article 1 du code de déontologie de la police nationale dit que :

« La police nationale concourt, sur l’ensemble du territoire, à la garantie des libertés et à la défense des institutions de la République, au maintien de la paix et de l’ordre public et à la protection des personnes et des biens. »

  • Absence totale de respect des textes fondateurs de la République, d’analyse et de profondeur dans ces interventions de responsables syndicaux.
  • Absence totale de recherche de vraies solutions aux souffrances des professions qu’ils sont censés représenter et défendre.
  • Surenchères agressives et stupides (car des dispositions pénales existent déjà) de nouvelles mesures répressives qui ne feront qu’aggraver la fracture entre la population et la police, qu’attiser les violences…
  • Instrumentalisation honteuse d’un décès à des fins politiques que ces pantins ne comprennent et ne mesurent même pas.
Et pour ça ,on fait quoi ?

Avec cette démonstration ahurissante du 19 mai devant l’Assemblée Nationale, on continue de descendre toujours plus bas vers l’enfer sécuritaire qui se met en place, progressivement mais sûrement. Nous n’accepterons pas cette nouvelle dérive dictatoriale.

Nous demandons la dissolution de ces syndicats de police qui ne respectent pas les valeurs républicaines. Ils l’ont démontré aujourd’hui et le démontrent tous les jours dans leurs publications haineuses sur les réseaux sociaux.

Nous saluons les syndicats de police qui sont en désaccord avec cette démonstration du 19 mai – dont VIGI et Sud Intérieur Solidaires – et sommes prêts à les soutenir dans leurs revendications légitimes et sérieuses pour défendre les conditions de travail des policiers. Dans l’intérêt de tous.

Car en tant que Syndicat GJ, nous défendons une vie digne et juste pour tous, l’intérêt général et le bien commun.

Et nous ne lâcherons RIEN.

1 commentaire

Laissez une réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here